Sens des oeuvres des Avenue des Champs-Élysées direction d’Alma – Marceau
 Sens des oeuvres d’Alma – Marceau  direction Avenue des Champs-Élysées

CONTACT AND SALES:

FINE ART MEDIA
fineartmedia.pr@gmail.com
212-213-4988

Site de l’artiste 

https://www.marcosmarin.fr/

Marcos Marin, né Sao Paulo au Brésil le 12 septembre 1967, est le fils d’un producteur de cinéma et d’une chanteuse lyrique.

Dès l’âge de cinq ans Marcos suit les cours de piano classique au conservatoire de musique de Sao Paulo. Très jeune, il démarre une carrière de pianistevirtuose et vient étudier la musique en France. En même temps, il se passionne pour la peinture.

A la Cité des Arts à Paris en 1990, Marcos rencontre Vasarely. Intrigué par le travail de ce dernier, Marcos Marin se lance dans l’aventure de l’art optique. Avec succès, puisque deux prix viennent couronner ses œuvres : le prix Fiat pour son œuvre sur Christophe Colomb fêtant les 500 ans de la découverte de l’Amérique (Musée Fiat de Turin) et le prix Collection Philips a Sao Paulo Brésil. Durant cette décade, Marcos Marin joue un rôle important dans le développement culturel entre le Brésil et la France pour l’AIAP UNESCO.

En 2000, il emménage aux USA, à Miami Beach, où il installe son atelier. 2003 est l’année de sa première sculpture monumentale. Elle sera exposée à Coconut Grove Convention Center à l’occasion de l’inauguration de la grande foire d’art Arteamericas. Il gagnera le concours « Best of Florida ».

En 2004 à Art Basel, Marcos Marin fait la connaissance de Delphine Pastor, qui, séduite par son talent, l’invite à venir exposer à Monaco. L’inauguration de l’exposition –qui comporte un magnifique portrait de la Princesse Grace, aujourd’hui au nouveau musée de Monaco- a lieu quelques jours après la mort du Prince Rainier. Le Prince Albert demande alors à Marcos Marin de dessiner le monument officiel dédié à son père. Cette œuvre monumentale est dévoilée le 18 janvier 2006 à l’entrée du Cirque de Fontvieille.

En 2006, Marcos Marin rencontre le styliste et mécène, Pierre Cardin, qui lui offre la possibilité de réaliser des œuvres de grand format dans l’atelier de Lacoste et devien son Mecéne.

Entretemps, Marcos Marin travaille au Portugal avec Stanley Ho dans le cadre du cinquantenaire du Casino d’Estoril. Le mécène offrira à l’artiste deux médailles d’honneur : l’une remerciant l’artiste pour l’exposition consacrée à la galerie du Casino et l’autre pour le portrait Stanley Ho réalisé à Macao.

En 2009, invité au Japon dans le cadre de 100 anns de l’amitié Brésil-Japon, l’artiste obtient la reconnaissance pour l’ensemble de son œuvre.

Marcos Marin est élu Membre de l’Académie des Beaux Arts au Portugal en 2010.

2011 Marin realize le portrait du President de Portugal, Mr. Cavaco Silva pour les festivités du centenaire de l’Université ISEG de Lisbone. A Monaco le jouer Luis Figo est perpétué avec les imprintes de ses pieds sur le hall de célébrités du football et aussi inaugure son portrait par Marcos Marin a l’occasion du Golden Foot Awards Monaco.

Villefranche-sur-mer inaugure le monument publique historique dédié a « Jean Cocteau » dans les jardins de la citadelle, première l’ouvre permanent sur le territoire français de Marcos Marin.

2012, un année rempli de réalisations, Marin participe a Art Monaco avec une nouvelle sculpture monumental de la « Princesse Grace », l’ouvre que passe a intégrer la collection Princier. Le projet « paraphrase » est présenté a Roquebrune-Cap-Martin, dans les jardin des oliviers avec la grande sculpture « David » et dans la manifestation est aussi inauguré le monument publique permanent « Coco Chanel » sur le hall de célébrités du Cap Martin.

Invité par le gouvernement russe comme partie de la délégation monégasque, Marin participe du projet « Images of Russia » et gagne le premier prix de l’Académie de Beaux Arts de Russie, aussi que dévoile le portrait du président Poutine offert a lui a l’Académie.

A Singapore, pendant le Gala de la Fondation Prince Albert II de Monaco, une sculpture de Lee kuen Yew, ancien président a éte l’objet désir de la vente aux enchères de Christies .

2013

La commande du monument publique a Coco Chanel pour la Ville de Roquebrune Cap Martin ça eté le moment de l’année pour l artiste

2014

Un nouveau portrait monumental de la princesse Grace de Monaco a eté ineuguré par SAS Prince Albert II pour l occasion de L’Art’Bre au Jardin publique du Cap Martin

2016

Le portrait monumental du compositeur “Rossini” a été inauguré a l’entrée du Theatre Opera San Carlo de Naples Italie, a l’occasion de l’ouverture de la saison Mondial de l’opéra.

2017

Le Musée National de Archeologie de Naples Ilalie, MAN a presenté le Monument a Gianni Versace de Marcos Marin pendant l’exposition “Magna Grecia” Inspiration pour le mite.

2018

Inauguration du monument historique a Princesse Grace de Monaco, un bronze de 4 mètres a Macau au Galaxy Resort et la sculpture l’hommage a Marise Condé, prix Nobel a Paris et en Guadeloupe sont les deux oeuvres monumentales  en evidence pour l’année .

Invité par la Fondation Kraft Pavlova et Ministère de la Culture Russe et Ville de Moscou, Marin participe a l’exposition officiel  de la Coup du Monde de Footbal au Zaryadye Park Moscow.

2019

Marin inaugure le portrait du Président de l”Algerie Abdel Aziz Bouteflika a Alger , devoile le portrait de Mohamed VI roi du Marroc pendant les festivitées de la musique Andaluz a Tanger, Marroc.

Pendant le Festival de la Télévision de Monaco, Marin présente le portrait de l’acteur Michael Douglas, sculpture co-segné par l’acteur et Marin en amitié et en réconaiscence de 50 ans de carrière de cette étoile major du cinéma et télévision.

« Grace Eternelle » est le nouveau monument inauguré par SAS Prince Albert II of Monaco, en memoire des 90 ans de Grace.

Marcos Marin participe a l’exposition publique « George V Monumental » a Paris.

L’artiste vie et travaille a Monaco.

Les sérigraphies, peintures et sculptures tridimensionnelles combinent lumière et mouvement. Les portraits des célébrités contemporaines s’animent dès que l’on s’en approche, et les sculptures extérieures jouent avec le paysage environnant révélant des strates jusqu’alors inconnues. Le spectateur se trouve alors placé dans une situation qu’il déclenche et transforme, tant sa participation et son implication physique sont indispensables dans le dispositif de l’œuvre de Marcos Marin. L’artiste joue avec les lois de la perspective et compose une interaction des couleurs. En opposant une couleur chaude à une couleur froide, il crée ainsi un renforcement de l’une au détriment de l’autre, la première avance dans l’espace, inversement pour la seconde. La superposition des trames donne l’effet d’une œuvre changeante et mouvante. L’illusion optique produite par ces reliefs en perpétuelles vibrations nous fait croire à une mobilité des éléments du tableau ou de la sculpture. Il s’agit bien là d’une ouverture dans l’espace, celle que Vasarely nommait «la quatrième dimension. Cette relation des éléments les uns avec les autres produit des effets visuels quasi subliminaux, déjouant la perception. Et c’est cette perception avant tout qui est le mouvement. Dans la lignée des précurseurs de l’art optique, Marcos Marin, grâce à sa grande maîtrise technique, réussit à insuffler une âme tangible à ses images.

Sylvie Ferre, critique d’art La Tribune

Megève France- 02/2009

“Mes peintures ne définissent pas un temps, mais perpétuent un moment de gloire que ce miroir magique retiendra”.

Alors que l’œil de l’observateur transforme la chose observée, Marcos Marin trouble en avant notre regard en jetant son pinceau sur la figure humaine, provoquant l’onde d’un choc visuel qui nous rapproche des recherches intenses qu’ont menés les artistes cynétiques. D’un Vasarely il a intégré la dimension, d’un Yvaral il a puisé l’ombre et la ligne. Poursuivant sans cesse ses recherches il cadre la figure humaine comme une architecture de l’être. La ligne n’est jamais pure, tout autant qu’elle n’est jamais droite. Elle a toujours au bout de son pinceau l’accident de la matière et la finesse du poil qui marque la toile. Marcos Marin nous réchauffe ainsi par une peinture qui lui ressemble. Son pinceau pleure toujours un sourire, et ses sujets cherchent toujours un souvenir. Ses lignes de fuite nous rappellent alors que nul ne saurait exister sans un passé. Cette gymnastique de l’œil, n’est que le miroir d’un sport cérébral que nous nous devons sur ce que nous sommes. L’optical art nous rappelle enfin, qu’il ne saurait y avoir qu’une vérité. Comment savoir alors ce que chacun y verra. Proust n’écrivais-t-il pas: “Notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres”.

Blaise PARINAUD

Mitsukoshi

Exposition « Les Années Grace Kelly » Tokyo (Japon)

Marcos MARIN